Mardi 11 Avril, 20h15, Sister’s Café, 76, Rue des Granges à Besançon : Marie-Jeanne Pugin, Le cheval thérapeute

Psychologue clinicienne, hypnothérapeute, c’est avec plaisir que je partagerai avec vous les réflexions cliniques issue de ma pratique de la psychothérapie médiatisée par le cheval. Je présenterai une vidéo sur le thème : “Le cheval thérapeute. La place de l’hypnose dans la psychothérapie médiatisée par le cheval.” 
Résumé : L'univers fantasmagorique du cheval le prédispose à être un merveilleux allié thérapeutique. Cependant l'action thérapeutique du cheval ne se réduit ni à son versant médiateur ni à son versant projectif. Par une mise en parallèle de travaux de François Roustang sur l'hypnose et d'observations cliniques – de patients et chevaux en séances – effectuées pendant deux années de pratique, ce travail explore l'idée que cet "autre chose" qui se passe entre l'humain et l'animal en séance, est l'hypnose.
Au plaisir de se rencontrer et d'échanger sur nos pratiques cliniques,
MJ Pugin

Café-Psycho et AG de l'APFC

Madame, monsieur, cher(e) adhérent(e),

L’APFC vous invite samedi 11 février 2017 à son Assemblée Générale annuelle et à un Café-PsychoFlorence Cabot psychologue à l'Unité Sanitaire de la Maison d'Arrêt de Besançon et au CRIAVS de Franche-Comté (Centre de ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles) traitera de sa pratique des ateliers d'écriture en maison d'arrêt.

9h30 : café-psycho
10h30 : Assemblée générale
Salle Haag, 17, rue Jules Haag (quartier de Montrapon) à Besançon.

Nous vous souhaitons une très belle année 2017.


A.P.F.C.
Centre municipal Sancey
27, rue de Sancey
25000 Besançon

O6.40.22.65.00.

assopsy.fcomte@laposte.net
http://assopsy-fcomte.blogspot.fr/




Table Ronde sur la Précarité avec Jean FURTOS "Les cliniques de la précarité et la nécessité d'une pensée métisse"

Mercredi 7 décembre de 14h à 16h30
UFR SLHS - Laboratoire de psychologie EA 3188 - Département de Psychologie,
Salle N2 bâtiment N, Site de l’Arsenal (ex faculté de médecine),
2 place Saint-Jacques, Besançon
Entrée gratuite, mais inscription obligatoire
Ouvert aux professionnels, chercheurs et étudiants,

Jean FURTOS* " Les cliniques de la précarité et la nécessité d’une pensée métisse"
Résumé il convient de faire la différence entre une « bonne » et une « mauvaise » précarité : la première est essentielle et facilite le lien social, le lien à soi-même et à une temporalité vivante, tandis que la seconde donne certaines des particularités préjudiciables à l’écologie humaine que nous connaissons, et que nous avons tendance à « moraliser », ce qui ne sert à rien. Certes, la précarité (mauvaise), qui n’est pas équivalente à la pauvreté, et encore moins à la misère, peut concerner des personnes socialement démunies, mais elle concerne aussi l’ensemble de notre société, et il est capital de savoir « où nous habitons ». Cette précarité actuelle a des effets cliniques précis qu’il est important de connaitre dans l’accompagnement et la relation d’aide pluri professionnelle des personnes socialement démunies, mais aussi, par exemple, pour comprendre la souffrance au travail.
Le rapport au social et au psychique, dans cette clinique, implique une pensée métisse qui accepte des données hétérogènes et qui ne s’appuie pas sur la « pureté professionnelle », permettant des écarts par rapport aux différents cœurs de métiers. La pensée métisse est une difficile et impérieuse nécessité face à la mondialisation.

DISCUTANTS :
Samuel MBADINGA, Professeur de Psychologie clinique et psychopathologie, Université Omar Bongo, Libreville Gabon  «Clinique des précarités, précarité clinique et des rationalités interférentes »
Dr Jonathan AHOVI, Pédopsychiatre, Chef de service Maison des Adolescents du Jura, Unité de Psychopathologie de l'adolescent Hôpital Louis Pasteur (Dole), consultation transculturelle.
Dr Olivier AUZAS, Praticien Hospitalier, Permanence d'Accès aux Soins de Santé, PASS (CHU Besançon)
Paul BOISSENIN et Florence CABOT, psychologues à l’Unité sanitaire de la maison d'arrêt,
Denis MELLIER Professeur de Psychologie clinique et psychopathologie, animation


* Jean Furtos, psychiatre des Hôpitaux honoraire,  est ancien chef de service à l’Hôpital le Vinatier (Lyon-Bron) et directeur scientifique honoraire de l’Observatoire National des pratiques en Santé Mentale et Précarité (ONSMP), organisme également dénommé actuellement ORSPERE-SAMDARRA (http://www.ch-le-vinatier.fr/orspere-samdarra). Ses travaux sur la clinique psycho-sociale en contexte de précarité font autorité, notamment le concept « d’auto-exclusion » et ses effets sur la relation d’aide. Il a fondé la revue Rhizome et a publié différents ouvrages : « Les cliniques de la précarité. Contexte social, psychopathologie et dispositifs » (Masson, rééd. 2008), « La santé mentale en actes » (avec Christian Laval, 2005, éditions érès) ; et « de la précarité à l’auto-exclusion (ed. La rue d’Ulm, 2009). Il anime actuellement avec F. Laplantine (anthropologue) un séminaire universitaire de recherche sur "La pensée métisse face à la mondialisation : difficile et urgente exigence".

Retours sur la journée anniversaire de l'APFC

Cher Monsieur Serge Tisseron, Chère Gaëlle Bianchi-Simon, Cher Président de la FFPP, Chères et Chers anciennes et anciens présidents de l'APFC, Chères et Chers membres du CA et du Bureau, Chères et Chers organisateurs, Chères et Chers Membres de l'APFC,

Au nom de l'Association des Psychologues de Franche-Comté, je tiens à toutes et tous vous remercier pour cette belle journée anniversaire. 
Les réflexions ont été riches, denses, tout particulièrement lors de la matinée avec Monsieur Serge Tisseron. Je retiendrais toute la complexité de la notion d'empathie et le besoin d'accompagnement des très jeunes et moins jeunes dans leurs rapports aux écrans (je joins les flyers de sa campagne à nouveau en pj, flyers que je propose d'afficher dans les crèches où je travaille). Je mets en copie le bateau qu'a bien voulu nous confier Serge Tisseron afin de naviguer à nouveau avec sa pensée (ainsi qu'un article paru dans l'Est récemment, envoyé par Annick Vannier). 
Je pense également qu'il faudra rester alerte à l'avenir de notre profession de psychologue, ce à quoi est vouée notre association : restera en question ainsi les questions d'un Ordre des Psychologues, d'une autonomie, d'une déontologie et d'une éthique. A ce sujet, nos liens avec la FFPP nous permettront sans doute d'y réfléchir plus activement à l'avenir (en témoigne la journée d'hier organisée par la FFPP Paca : Journée PACA). 
J'ai été très sensible aux témoignages et legs de nos anciens présidents, merci encore à eux et à celles et ceux qui les ont accompagnés de près ou de loin. 
Nous pouvons être fiers d'avoir toutes et tous participé bénévolement à l'organisation de ce bel événement, duquel il nous restera de beaux souvenirs et les quelques photos d'Emmanuelle Mamet. Aussi, merci encore à Anne Garnier de nous avoir reçu chez elle pour le repas préparatoire à cette journée. 
Nous pensions avec Benjamin Lucotte à Monsieur Sylvain Missonnier pour une prochaine journée, nous en rediscuterons au sein du CA. 
Merci encore à vous toutes et tous, et longue vie à l'APFC ! 

 
Romuald Jean-Dit-Pannel,